Comme vous l'avez bien mérité, que vous avez été patients et qu'il faut tenir le coup pendant le carême, voici un autre petit cadeau. Ouvrez bien grand vos mirettes, c'est (comme l'a dit l'abbé Airaud) rarissime :Beno_t_XVI

Voui, voui, voui, c'est bien signé de la main de Benoït XVI. Jean-Noël n'aura pas eu le temps de voir cette lettre arriver mais de là-haut il se sera rendu compte du baume que ce courrier a été sur ma douleur. Le Saint-Père, qui nous avait déjà tellement donné à Lourdes et dont la bonté et la douceur nous avaient frappés, nous a écrit et avec quelle affection! J'attire votre attention sur un petit bout de phrase : notre Pape accorde très affectueusement sa bénédiction "à toutes les personnes qui vous entourent avec foi et affection." Vous vous sentez visés ? ;)

A propos d'affection, je veux remercier du fond du coeur:

M'sieur l'abbé, Marco et Brigeton, Florent et Marion, Benoit et Céline, Louis et Laure, JS et Ninie, Jérôme et Isabelle, Père et Mère, Papa et Maman, Louis, Catherine, Edouard et Irène, Olivier, Louis-Marie, Michaël et Catherine, Marie-Marthe, Etienne et Stéphanie, Emmanuelle, Céline, Aude, Marie-Amélie, Simon et Simone (deux fois nommés), PMB, Loïc et Marie-Anne, Guillaume et Toche, Emmanuel et Bernadette, Anne, Maud, Tiphaine, Laurence, Ghislaine, Diane, Claude et Maÿlis, Olivier et Daphné, MMMechtilde, Hugues et Emilie, Thibeault et Marie-Alix, Ciboulette, Bénédicte, Lalere, Erpla, Thibaud et Charlotte, Gridou, Manue, Alice, Léocadie, les Calissons...

pour:

la messe dite pour moi, la messe "assistée" pour moi, la fiesta d'hier soir ou celle de ce soir, les cadeaux, les fleurs, les lettres, les appels, les SMS, les commentaires, le resto à La Baule, l'envoi en repos forcé en Corse, l'accueil en Corse, la garde des filles, votre amitié, votre affection, vos prières, le temps passé à me supporter au sens noble du terme, tout ce que vous avez fait pour mon anniversaire en particulier, pour que je traverse cette journée tellement difficile le plus sereinement possible. L'absence de Jean-Noël aujourd'hui était atrocement douloureuse mais vous m'avez portée. Je ne pense pas mériter des amis tels que vous, les mots me manquent (oui, je sais, il en faut beaucoup pour me couper le sifflet!), alors, tout simplement, MERCI!!!